Sommaire

Qui sommes nous ? | Projets | Localisation | Publications | Presse | Contact | Historiens thiernois


André Kristos devant la passerelle des piocheurs en 2001

 

Les quartiers médiévaux de Thiers qui ont beaucoup inspirés André Kristos

Le rouet Lyonnet, départ de la Vallée des Rouets

La Durolle et le Pont du Navire (ou Pont Oschon)

 

André Kristos : l'inventeur de la Vallée des Rouets !

Les historiens thiernois

Nous présentons ici quelques historiens localement célèbres qui ont permis, par leurs études de la ville et leur passion, la sauvegarde et la mise en lumière de l'histoire de Thiers et de ses environs.

 

André Kristos (1922 – 2013)

 

Né à  Thiers en 1922, André doit son nom de famille aux origines grecques de son père. Il passe son enfance, heureuse d’après ses dires, dans le quartier de Boulay, en haut de Thiers. Artisan coutelier, il allait souvent à  la bibliothèque municipale o๠il rencontra un archiviste qui deviendra son mentor et ami : Henri Soanen.

Ensemble ils vont effectuer un travail colossale de déchiffrage des terriers des 15 et 16éme siècles de la ville de Thiers. André admirait la dextérité avec laquelle Henri Soanen déchiffrait ces vieux textes illisibles pour le commun des mortels. Ils mirent à jour une vision nouvelle de la géographie de Thiers à  la fin du moyen-âge. Ils complétèrent leurs études avec d’autres plans notamment du 18ème siècle découverts par la suite. L’ensemble de la traduction des terriers se fit sur des cahiers d’écolier manuscrits. Leurs recherches et découvertes complétèrent et parfois corrigèrent celles d’Alexandre Bigay, autre figure de l’histoire locale.

A la mort d’Henri Soanen en 1976, André pris contact avec d’autres historiens pour partager les connaissances notamment au travers d’expositions. Il intervint également dans les écoles afin de sensibiliser les jeunes au riche passé de Thiers. Il créa pour ceci de nombreuses cartes pédagogiques, des diaporamas, des photographies… le tout commenté par lui-même avec enthousiasme. André transmit sa passion à  de nombreux thiernois durant ces interventions.

Puis vint la retraite en 1983 o๠il créa avec quelques bénévoles « le Pays Thiernois et son Histoire Â». Il insistait toujours sur « et son Histoire Â» avec un H majuscule à  Histoire ! Ces années de l’association furent fastes et permirent à  André de retranscrire, dans un style accessible, l’ensemble du fond des études des terriers de Soanen-Kristos dans les brochures du à‚« Pays Thiernois et son Histoire à‚». André dirigea la publication du n°1 (1983) au n°22 (1996). En parallèle, les piocheurs et défricheurs de l’association débroussaillèrent la vallée des Rouets et les sentiers des Margerides. Cette formidable aventure fit découvrir aux thiernois des dizaines de moulins à  émoudre les couteaux… Sans lui, peut-être que ces deux sites aujourd’hui touristiques seraient toujours dans l’oubli…

En 1996, il se détacha de l’association à  cause de certaines divergences… L’année d’après il perdit sa femme Andrée, un drame immense à  surmonter… Mais qu’il gravit en refaisant petit à  petit sa vie. Il se découvrit d’ailleurs des talents de danseurs durant cette période, les ginguettes de la région peuvent en témoigner ! Malgré ce changement radical, il continua néanmoins ses recherches sur la ville de Thiers. Avec l’aide de l’association Escotal il décida de compiler les fonds Soanen-Kristos et de les publier par thèmes : « l’eau à  Thiers Â», « les industries sur la Durolle vers 1500 Â» et enfin le conséquent à‚« Atlas de Thiers à  travers l’Histoire à‚». Le but était également de numériser l’ensemble des recherches (textes, photos et cartes) afin d’assurer leur sauvegarde dans le temps. En parallèle André continuera de faire quelques visites commentées de la vallée de Rouets et de sa chère ville de Thiers.

André Kristos devant la fontaine du Moutier en 2003


Au-delà  de son héritage écrit il nous reste également l’image d’un homme droit, volontaire, parfois têtu et autodidacte. Sa grande silhouette a arpenté Thiers durant des décennies pour essayer d’en comprendre sa géographie et son histoire. Il faisait partie de la génération née dans l’entre deux guerre. Toujours poli et courtois, économe à  l’extrême, ramassant les élastiques dans la rue, écrivant sur les enveloppes usagées, récupérant tout… Un écologiste avant l’heure. Il avait aussi la particularité de tourner les pages d’un livre ou d’un cahier avec une gomme. Ceux qui ont partagé un repas avec lui se souviendront également de son appétit légendaire… André vouvoyait beaucoup, même les plus jeunes. Il avait également le désir de léguer sa passion et son savoir aux jeunes, de passer le relais… Surement pour relayer à  son tour ce que lui avait transmis Henri Soanen.

Il est parti discrêtement en juillet 2013 laissant un vide immense pour les gens qui le côtoyaient. Thiers perd un grand défenseur de son histoire et de son patrimoine. Mais au-delà  de notre tristesse, André Kristos a su, contrairement à  beaucoup d’historiens locaux, écrire la quasi-totalité de ce qu’il savait. Il a donc laissé une grande quantité d’informations sur les bâtiments, les usines, les monuments, les rues, les chemins, les cours d’eau… qui, à  jamais, sont sauvés de l’oubli. Ceci est un lègue inestimable.


Publication d’André Kristos

Brochures le Pays Thiernois et son Histoire n°1 (1983) à  n°22 (1997)

L’eau à  Thiers - Plan hydrologique de la ville de Thiers (Escotal 2003)

Les industries sur la Durolle vers 1500 (Escotal 2010)

Atlas de Thiers à à‚  travers l’Histoire (réalisé de 2002 à à‚  2012) : 27 cartes (environ 150 pages pas encore publié) 


Henri Soanen

 


Henri Soanen (1894-1976)

 

Henri Soanen, en cinquante années de présence aux archives municipales de Thiers, a fait un travail de recherche considérable. Mais il a très peu publié…

 

Il a été un grand spécialiste des écritures des 15ème et 16ème siècles. Une de ses œuvres maîtresses fut l’étude des terriers, de la période allant de la fin du Moyen Age au début des temps modernes.

 

Henri Soanen, à  force d’un travail intensif et d’une très grande habitude, savait lire couramment ces documents aussi hermétiques. Malgré ceci, il lui arrivait de buter sur des mots illisibles ou des tournures de phrases incompréhensibles.

 

Le chercheur inlassable et obstiné qu’il était s’est lié d’amitié avec André Kristos qu’il rencontra à  la bibliothèque municipale de Thiers. Il devint son ami et son mentor. Henri Soanen lui apprit les bases de la recherche historique et lui fit profiter de son expérience.

 

Au cours de sa longue vie de chercheur, il a étudié plusieurs époques et traité à  fond des sujets divers, sur lesquels il a laissé une grande quantité d’informations. Malgré son manque de formation au départ, Henri Soanen a réalisé un vrai travail d’historien.

 

Publications d’Henri Soanen

 

La Bourgeoisie, les classes sociales et le commerce thiernois à à‚  la fin du 18ème siècle.

Le conventionnel Rudel et son vote régicide

Les biens nationaux sous la Révolution (S2)


Il a également écrit des articles dans diverses revues…

 


Alexandre Bigay

Alexandre Bigay (1961)


Alexandre Bigay  (1881-1968)

 

Alexandre Bigay a accompli une œuvre importante. Il a su mettre son style à  la portée de tous. Autant un littéraire qu’un historien, il fut aussi un très bon vulgarisateur.

 

De ce fait, ces livres perdent un peu de leur rigueur historique. Il n’en reste pas moins qu’il a établi une classification des « Murailhes Â» qui, même imparfaite, constitue le travail le plus important en géoographie historique publié sur la ville de Thiers.

 

Les recherches Soanen-Kristos peuvent être considérées comme une critique et un complément de son travail sur les fortifications.

 

Alexandre Bigay, comme beaucoup d’autres chercheurs, a été rebuté par l’étude des terriers des 15ème et 16ème siècles ; il s’est contenté de quelques sondages. Ceci transparaît dans son œuvre, ce qu’Henri Soanen avait mentionné.

 

Toujours d’après Henri Soanen, Alexandre Bigay avait déjà  publié plusieurs livres quand l’Atlas CC42 du milieu du 18ème siècle fut découvert par hasard dans les sous-sols de la mairie. L’étude de ce document avait amené Alexandre Bigay à  changer d’avis sur certains points de la géographie du Thiers ancien.

 

De ce fait, il lui a manqué les principales sources sur lesquelles Soanen–Kristos se sont appuyées.

 

Nous devons en déduire qu’il a eu des sources que nous ne connaissons pas. Il est bien dommage qu’il n’ait pas indiqué plus souvent la provenance de ses informations.

 

Publications d’Alexandre Bigay

Thiers et alentours

Histoire de Thiers

Abbaye de Montpeyroux

Le Vieux Thiers

Le Dr Lachamp

Anciens aspects de Thiers

Abbaye du Moutier

Sur les bords de la Durolle

Thiers : ses industries, ses curiosités, son histoire

1789 aux ouvriers thiernois

Thiers

Fouilles dans la cour de Clotra

Chansons patoises

 

Il a également écrit des articles dans diverses revues…


Haut de page