Sommaire

Montguerlhe | Carrières | Fermouly | Communautés agricoles | La Garde
Le Grun de Chignore |
Pierres à  bassin | Le chemin de Montaigne
Préhistoire et protohistoire | Les Millières | Les sujets à traiter


Histoire et légendes des Millières

Les Millières ou la Millière est une zone qui se situe proche de la ville de Thiers au dessus de la rivière Durolle (vallée des usines) et en dessous du rocher des Margerides (appelé aussi localement le profil de Napoléon). Ce lieu suscite bien des intérogations sur deux points. La présence d'un ancien château féodal mentionné dans une chanson populaire et la découverte d'un trou sans fond (la date de ce fait divers est incertaine : fin XIXème siècle vraisemblablement).


  


La zone des Millières se situe au Nord-Est de la ville de Thiers


La légende du gouffre des Millières

(Histoire relatée dans le Pays Thiernois n°24 – 2000 – Raymond Becquevord)


A la fin du XIXème - début XXème siècle (date à confirmer), sur le lieu-dit des Millières, un homme qui travaillait dans son jardin potager (qui étaient nombreux à cette époque) a vu le sol se dérober sous sa bêche. Il lança des pelletés de terre qui disparurent dans le trou. Il enfonça le manche de son outil sans en toucher le fond. Le lendemain avec l’aide d’autres personnes, ils y enfoncèrent plusieurs lattes attachées ensemble sans en atteindre le fond. La légende du gouffre des Millières était née !
Par la suite, beaucoup de thiernois vinrent tester ce trou sans fond en y jetant des pierres sans que l’on n’entende le moindre bruit de leur chute... Personne ne tenta d’y pénétrer et, jugé dangereux, le trou fut recouvert d’une pierre sur laquelle on étala de la terre. Et le gouffre tomba dans l’oubli… Ancienne mine, faille naturelle, souterrain,  grotte… le mystère reste entier.

 



La zone des Millières se situe dans les gorges de la Durolle


Le château des Millières

Le château des Millières apparait dans un comte thiernois issue d’une chanson populaire orale vraisemblablement du XIXème siècle (voir ci-dessous). La fable parle d’un méchant seigneur nommé Griffard vivant dans un donjon escarpé aux Millières. Un jour, il enlève une jeune et belle bergère dont il abuse et qu’il finit par tuer ainsi que son enfant. Un vengeur mystérieux finit par mettre le feu au château en représailles.

Si l’histoire peut nous sembler romanesque et naïve, en y regardant de près, quatre points méritent de s’y attarder :

- Le cadastre : il mentionne le secteur comme « rocher du château » ou « ancien château du Grün Margeride ».


- Une mention est présente dans le terrier de Celles (XVème siècle) : « le petit chastre de Millières » qui se traduit aujourd’hui en « petit château des Millières ». Raymond Becquevord (le Pays Thiernois et son Histoire – 2000) évoque aussi une traduction plus méridionale « le petit enclos des Millières ».

- Le chemin des Margerides débroussaillé par l’association « le Pays Thiernois » dans les années 80 est un vieux chemin du moyen-âge qu’on retrouve dans les textes anciens (terriers de Thiers) : chemin de Dégoulat (Puy des Golatz) à Membrun. C’était donc un chemin (vraisemblablement carrossable) entretenu et emprunté qui aurait pu être contrôlé (péage et/ou défense) via un édifice fortifié à l’entrée Est de Thiers.


- Le terrain est propice à la mise en place d’un tel édifice et c’est bien ce qui est le plus étonnant. La zone des Millières est une colline naturelle en forme de motte. A l’arrière, elle est protégée par le rocher des Margerides. Le sommet de la colline possède une crête rocheuse parfaite pour la mise en place d’une zone fortifiée longue et effilée. Cette même crête a été creusée par l’homme au niveau du chemin (au pied du rocher des Margerides) faisant penser à un fossé défensif. Le vieux chemin passe au pied du rocher des Margerides et devant la crête rocheuse (sommet des Millières). De même, la Durolle forme naturellement un méandre autour de la butte des Millières offrant un élément défensif naturel sur les ¾ de la superficie.

Même si aujourd’hui il ne reste rien de visible d’un éventuel ouvrage fortifié, le site est totalement compatible avec la philosophie castrale du moyen âge (voir explication sur les deux photographies satellite).



Panorama de la zone des Margerides : château et ancien chemin pourraient être intimement liés

Le site en vue satellite est compatible avec un ouvrage fortifié médiéval


La légende de Margeride (mythe du château des Millières)

Ce texte est extrait de la brochure du Pays Thiernois et son Histoire n°2 (1984) et est issu de la transmission orale (c’est une chanson). Vu le style et l’histoire, ce dernier devrait dater de la deuxième moitié du XIXème siècle. L’histoire racontée ci-dessous colle parfaitement avec cette époque romantique qui a « inventé » un faux moyen-âge encore aujourd’hui bien présent dans l’imaginaire populaire : château inaccessible et mystérieux, seigneur cruel et sans moral, bergère belle et naïve… L’histoire ressemble beaucoup à celle du roman « la nuit de la Toussaint » d’Eugène Marchand publié en 1859 qui se déroule à Montguerlhe. La date figurant en première ligne indique également que son auteur n’a aucune notion de chronologie historique, les châteaux forts étant, au milieu du XVIIIème siècle, obsolètes depuis plus de trois siècles.

C'était en l'an 1740
Ah ! Mes enfants rendons grâce à Dieu
Disait la mère, une vieille tremblante
Un soir d'hiver assise au coin du feu.
Ah ! Mes enfants, écoutez cette histoire
Dont le récit vous met les larmes aux yeux,
Hier encore en parlaient nos aïeux.

C'est d'un Seigneur et d'une pastourelle
Ah ! Mes enfants rendons en grâce à Dieu (bis)
Rendons aussi hommage à nos aïeux (bis).
Mais laissons là cette vieille épopée
Disait la vieille en se chauffant les doigts.
Dans ce pays il était une fée
Qui avait construit un donjon autrefois
Dans un ravin au flanc de Margeride
Où la Durolle coule à flots abondants.
Il s’élevait sur un point culminant
Un vieux donjon comme une pyramide.
Dans ce château, effroi des malheureux (bis)
Un paladin passait des jours heureux (bis).
Un jour chassant le loup dans la montagne,
Il perçut une enfant de seize ans.
Elle était belle et avait pour compagnes
Sa chèvre blanche et ses beaux moutons blancs.
« Viens » lui dit-il « ma douce pastourelle,
Viens partager mon amour et mon or,
Tu seras riche », elle répondit non :
« Je préfère mon pré qu'une tourelle,
Je suis heureuse au hameau de Pont-Haut (bis),
Ah ! Laissez-moi garder mon blanc troupeau (bis) ».

Ce que je dis, il faut que l'on m'écoute.
Sachez, la belle, qu'il vous faut obéir !
« Vous obéir », répond l'enfant craintive,
« Mais de quel droit voulez-vous me ravir
A mon foyer où mon père et ma mère
S'ils me perdaient quelle serait leur douleur.
Nous vous payons la dîme, mon Seigneur.
Ah ! Laissez-moi vivre dans ma chaumière,
Gardez votre or et laissez-moi l'honneur (bis)
Portez plus haut votre amour mon Seigneur (bis) ».
Il faut, dit-il, être à moi ou la tombe ».
« La mort, dit-elle, mais ne m'outragez pas ».
Comme un vautour emporte une colombe,
Il emporta la belle dans ses bras
Dans son château ce paladin vorace.
Après quelques temps de s'en être amusé (bis)
Par ses valets il la fit courtiser (bis)
Comme un jouet dont un enfant se lasse.

Enfants, plaignez la douce pastourelle.
De cet outrage elle fut mère un jour
D'un chérubin aux doux yeux bleus comme elle
Quelle chérissait captive dans sa tour.
Dans un tronc creux d'un chêne solitaire
A ces bourreaux tout leur était permis,
Ont mis l'enfant en pâture aux fourmis.
Dans la Durolle ils ont noyé la mère.
Elle périt engloutie par les flots.
Elle finit là ses peines et ses sanglots.

Mais quelques temps après ce crime horrible
II se trouva un vengeur inconnu.
Pendant la nuit un incendie terrible
Vint éclater sous le toit du maudit.
Il brula tant qu'il en tomba en ruines
Et les lueurs éclairèrent la nuit
On ne vit plus ce paladin maudit,
Ses os brulèrent dans la sombre colline.
Ainsi finit ce Seigneur odieux (bis)
Qui a rendu le monde malheureux (bis).


Le Seigneur se nommait GRIFFARD


Haut de Page