Sommaire

Montguerlhe | Carrières | Fermouly | Communautés agricoles | La Garde
Le Grun de Chignore |
Pierres à  bassin | Le chemin de Montaigne
Préhistoire et protohistoire | Les sujets à traiter


3 nucléus et une pierre polies

 

Pierre polies découvertes entre Chapet et Bel Air

Préhistoire

Nous ne connaissons quasiment rien de la période préhistorique de la région thiernoise. En effet, il ne reste plus de trace visible montrant une occupation humaine de la zone actuelle du bassin thiernois durant les temps les plus reculés de l’humanité.

 

Néanmoins, nous avons la chance de posséder 17 objets préhistoriques dans les collections du Musée de la Coutellerie de Thiers. La collection comporte 3 pierres taillées de type nucléus (silex) et 14 pierres polies. Certaines pierres ont une provenance et une date de découverte bien définies, la majorité des autres sont sans provenance. Des pierres ont pour lieux de découverte Dorat et Orléat. Une belle hache en pierre a été trouvée entre Chapet et Bel Air, sur l’étiquette on lit une date 01/06/65 (vraisemblablement le date de découverte).

 Ces pierres non visibles par le grand public font remonter l’implantation humaine dans la région thiernoise au néolithique pour les pierres polies (-7000 à -3000 av JC) et au paléolithique pour les trois nucléus (-350 000 à -7000 av JC). Les zones d’habitation et de chasse (chasseur – cueilleur) s’étendaient de la plaine de la Dore jusqu’aux montagnes thiernoises.

 Ces pierres taillées par l’homme sont les objets les plus anciens que possède notre ville de Thiers.



La collection des 17 pierres taillées et polies du musée de Thiers

 

Pierres polies thiernoise

Pierre polies découvertes entre Chapet et Bel Air


Protohistoire

Il existe également deux autres objets trouvés au début du XXème siècle lors de travaux des champs, à proximité de l'ancien village d'Aiguebonne (traversé par la voie romaine sur le flan du Grün de Chignore) appartenant à des particuliers : une pointe de lance et un bracelet, tous deux en bronze.

Le bracelet est en excellent état et de couleur un peu verdâtre (oxyde de cuivre). Il paraît massif, de fort diamètre (trop gros pour le poignet, plutôt pour entourer le biceps), vraisemblablement un bijou masculin. Il est lourd et ouvert de 2 à 3 mm. Dessus figurent des motifs géométriques très simples sur trois de ses côtés : traits rectilignes. Ce bracelet est creux.

La pointe de lance en bronze est aussi en excellent état. Elle est creuse, galbée et effilée. Sa pointe est légèrement écrasée. De même, la zone de manchonnage sur la lance en bois est cassée. Ce dernier détail étant vraisemblablement la cause de son abandon.

Ces deux objets trouvés sur le même lieu donnent visuellement une impression de grande cohérence et semblent provenir de la même époque. En effet, ces deux objets peuvent être datés, à un siècle près, de la charnière entre la fin du Bronze Final et le début de l'Age du Fer (Hallstatt), soit entre -700 et -800 avant JC.

Ils sont vraisemblablement les objets métalliques connus les plus vieux de la région thiernoise. Ils sont antérieurs à l'époque celtique qui donna la civilisation gauloise.

 

 

Bracelet en bronze

 

Lance en bronze



Haut de page